Twitter YouTube SoundCloud LinkedIn

Tiennot blog

Aïe, mes oreilles !

Mercredi 18 juin 2014, 20:26 (par guilhem)

Avec l'essor du streaming, la musique s'écoute de plus en plus par internet, et la plupart du temps en MP3. Cependant, il ne faut pas oublier que cette technologie dégrade la qualité du son. Jusqu'à quel point ? Je vous propose aujourd'hui une petite expérience sur ce format de fichier mal-aimé des mélomanes...

image : /images/blog/son.gif

L'expérience

Voici cinq extraits musicaux d'une même chanson - pour les curieux, il s'agit de Pendentif, Jerricane. Le premier est au format wave, extrait tel quel du disque ; les suivants sont progressivement compressés en partant de 320 kbps pour arriver à 64 :

- Wave
- MP3 320 kbps
- MP3 256 kbps
- MP3 128 kbps
- MP3 64 kbps

Pour obtenir les meilleurs résultats possibles, je vous recommande vivement de vous munir d'un casque audio de bonne qualité. Pour ma part, j'ai utilisé un Beyerdynamic DT 77O Pro, accessoire fréquemment rencontré en studio d'enregistrement, et réputé pour sa qualité. N'espérez pas obtenir un vrai résultat avec de pauvres écouteurs intra auriculaires !

De plus, il est conseillé de se lancer dans l'expérience l'oreille reposée. La finesse de la perception n'en sera qu'accrue.

Le but du jeu est de noter les différences entre chaque version de l'extrait. Vous pouvez même aller plus loin en lançant les pistes en lecture aléatoire, et tenter de deviner le débit à l'oreille (on ne triche pas en regardant le nom !).

Alors, verdict ?

Il y a fort à parier que le wave et le MP3 320 kbps sonnent exactement pareil dans vos oreilles. Pour ma part, je n'ai pas pu constater de différence entre les deux sur ce morceau précis. Pour le 256 kbps, je ressens tout juste une légère baisse de la dynamique sonore.

En revanche, dès le 128 kbps, le manque de qualité se fait sentir. En particulier, vous noterez que le son des cymbales est fortement écorné, et que l'ensemble manque de coffre. Arrivé au 64 kbps, le son devient sourd, et la compression est clairement perceptible.

La compression en MP3 s'attaque d'abord aux sons les plus aigus. Elle commence par en supprimer une partie - tout ce qui se trouve au-dessus de 15 kHz est irrémédiablement perdu - et ceux qui restent s'en trouvent abîmés. Voilà pourquoi l'effet est particulièrement bien audible sur les sons de cymbales. L'attaque est moins nette, et la durée de résonance du son est plus courte, car endommagée.

Finalement, pour la plupart des morceaux, le MP3 avec un débit de 320 kbps est suffisant. Je n'ai pu qu'en de rares occasions constater une dégradation, et encore, cela ne concernait que quelques notes très aigües sur des morceaux très particuliers. Vous pouvez même descendre jusqu'au 256 kbps, si le côté « compressé » (sonorement parlant, cf. plus haut) ne vous gêne pas. En revanche, pour des taux de compression plus importants, le manque de qualité s'en ressent.

Et les radios, comment font-elles ?

Il vous faut savoir tout d'abord que la FM supprime les fréquences les plus aigües, comme le ferait la compression en MP3. Ainsi, les sons de plus de 15 kHz sont supprimés, faute de place, fréquentiellement parlant.

Du coup, l'intérêt de stocker la musique en wave est limité. Cependant, certaines le font - Radio Néo par exemple - pour une raison simple : éviter les compressions successives du son, qui l'endommagent encore plus.

Car la plupart du temps, le transport du flux audio jusqu'à l'émetteur analogique se fait via des réseaux IP, donc en « streaming » impliquant une compression ! En l'occurrence, c'est le format MP2 qui est utilisé, avec un débit de l'ordre de 256 kbps. Le choix de ce format par rapport au MP3 est dû à sa rapidité d'encodage et de décodage, évitant de trop fortes latences, et à sa compression moins agressive - mais avec un ratio logiquement moins important.

Fort logiquement, de nombreuses radios stockent leurs musiques au format MP2 avec un débit de 256 kbps, ce qui est tout à fait acceptable. Ce qui l'est moins, c'est l'origine de la musique, qui est parfois simplement récupérée sur YouTube ou d'autres sites du genre. Il n'est donc pas rare d'entendre dans son poste de radio du son fortement endommagé, pour le plus grand malheur de nos oreilles...

Commentaires

Mardi 15 juillet 2014, 19:29 (par kris)

Tiens, on a eu la même idée ! :)
J'avais fait ce petit "jeu" il y a quelques mois : http://sandbox.c-mh.fr/audiophile/ Mais je pense qu'il faudra que je régénère les extraits audios de haute qualité, car je trouve que la différence est très difficilement audible (ou alors je ne me suis pas entraîné assez)

Mercredi 30 juillet 2014, 12:49 (par guilhem)

Salut,

J'aime bien l'idée que tu as eue ! La différence n'est perceptible qu'avec du matériel audio de qualité, mais ça je ne te l'apprends pas j'imagine ;-)

Il y a beaucoup d'autres paramètres à prendre en compte, notamment la dynamique sonore du morceau. J'ai remarqué que plus celle-ci était faible, plus la compression endommageait le son, même avec un débit élevé. J'imagine que pour des sons à forte dynamique, l'effet doit être plus difficile à percevoir.

PS : je n'arrive pas à jouer les extraits sur ta page (Firefox 30.0)...